spot_img

Nathalie GRANGEON | Designer d‘Espaces

A lire absolument

Nadine Gracy
Nadine Gracy
Un temps Directrice Marketing dans un groupe international, Nadine Gracy officie depuis deux ans dans la composition journalistique de magazines comme Teck-Tech et NUDE. Ses portraits, papiers d’ambiances ou publireportages se déclinent en voyages d’âmes et belles rencontres. Passionnée des mots, curieuse du Monde et particulièrement attentive à ses secrets comme à ses symphonies, c’est tout naturellement qu’elle s’est orientée vers l’écriture autant canal d’expression de ses sensibilités qu’outil lui permettant d’assouvir une certaine appétence pour la contemplation ou l’analyse de l’autre.

La silhouette est aussi vive que le volubile d’une parole passionnée. Nathalie Grangeon, Designer d’Espaces invite au voyage des temps mêlant aux douces nuances de camaïeux surannés le naturel de matières sublimées en notes contemporaines. Comme se confondent l’autrefois et le présent, l’intérieur et le dehors l’artiste suggère l’improbable mariage de cultures éloignées muant votre rencontre en une odyssée de soi.

Quelques pas se hâtent, une porte persienne patinée de pastels laisse apparaitre une démarche évanescente portée par le lumineux d’un regard turquoise. Détails et délicatesses donneront le ton à cette croisière de l’autre. A l’intemporel d’un jean vient s’équilibrer le vaporeux d’une blouse en clairs soyeux, le maquillage est léger, chaque petit bijou posé en exquise discrétion. Enfant sage et débonnaire Nathalie grandit au creux d’une famille aimante et soudée bercée de fous rires et de partages. C’est tout naturellement que le monde de l’évènementiel la fascine attirée par le mouvement perpétuel de célébrations conceptualisées en mode éphémère comme pour ne pas verser dans un statique insipide. Elle aime exprimer ses arts, dessiner, projeter à l’échelle ses maisons de poupées, jouer d’un instrument de musique ou mieux encore s’effacer derrière l’objectif d’un appareil photo pour saisir un instant ou voler une image. Un BTS plus tard, et voici la jeune diplômée propulsée dans la vie active, un temps photographe itinérant de monuments historiques puis déléguée pharmaceutique avant de trouver la stabilité d’un mariage.

Destination « Ailleurs » »

Très vite le couple se rêve d’horizons lointains quitte la métropole lilloise pour le continent australien, se nourrit de nouvelles expériences découvrant au gré de leurs pérégrinations le charme enchanteur de Bali. Emerveillements et béatitudes font osciller les émotions. La douceur ambiante, les parfums, le ciselé de ses arts comme la singularité de sa culture touchent au plus profond. Le retour au quotidien métropolitain sonne en mélancolie pensive. Le bonheur d’accueillir un premier enfant est l’opportunité d’une visite aux grands-parents installés à La Réunion. Séduits par l’exotisme et le pluriculturel de l’île intense, le couple et leur petit Hugo s’établissent dans ce département d’outre-mer en 1996. Deux années s’écoulent, Nathalie fonde son agence de communication, le duo se sépare, la maladie frappe le cercle familial ; changement de cap, autre vie et coup de foudre, Theva nait en 2001, au sein de ce nouveau foyer créé auprès de Jean-Fabien. Cette même année la jeune femme renoue avec ses premières passions d’enfant, ébauche sur plan leur maison prenant conscience de toute son appétence pour la projection d’aménagements.

Ressentir les espaces 

Plus encore que d’apprécier un décor, la « designer » en devenir s’immerge une nouvelle fois au creux d’un Bali inspirant. Elle dessine le lit de son bébé, imagine des chambres d’enfants, mesure toute sa facilité et son plaisir à concevoir du mobilier ou disposer des agencements. C’est tout naturellement que sa première boutique « la maison de THEO » (compression des prénoms de ses enfants) ouvre ses portes à Saint Gilles. Les meubles sont fabriqués localement, suggèrent le style

balinais. L’exposition se décline en univers à la transposition facile. Séduits par ces mises en scènes, les clients sollicitent l’artiste dans la personnalisation de leurs habitats respectifs. Succès grandissant, une seconde enseigne nait à Saint-Denis. Une rencontre fortuite et le monde de l’architecture d’intérieur s’ouvre à de nouveaux possibles. Révérence à « La Maison de Theo » et place à « Lignes d’Intérieurs » : Laurence, architecte d’intérieur, devient son associée lui partageant, de fait, toutes les spécificités et connaissances de la discipline. 3 années de collaboration sur des projets tout autant personnels que professionnels forgeront le génie de l’autodidacte. Portée par son audace enthousiaste et confiante, Nathalie décide en 2011 de poursuivre en cavalier seul confortant son titre de Designer d’Espaces.

« L’art n’a pas de frontière »

Le style « Nathalie Grangeon » se dessine comme une logique de migration des intérieurs en extérieurs. Un salon doit pouvoir se transposer en terrasse et réciproquement la même magie sans scission aucune entre les 2 univers. Chaque création reste unique ambitionnant de se muer en une enveloppe destinée à recueillir l’âme de ses habitants : « je ne fais que passer, les autres restent pour écrire l’histoire ». L’accompagnement se fait certes en intuitions profondes, il s’inspire également de toutes ses sensations captées aux quatre coins du monde ou chinées sur le web: une imposante sculpture d’un Kalao d’Afrique en protecteur discret des lieux, l’incroyable mixage d’un fauteuil Louis XVI avec une assise pivotante contemporaine de Patricia Urquiola, les toits de paille des maisons mexicaines de Careyes, un parquet de bois au plafond pour contrebalancer l’austérité froide d’un sol en travertin, exposer une lampe Pipistrello … Ses préférences vont aux matières nobles, le lin, le chanvre, la pierre, le Suar de Bali, les couleurs neutres, elle aime créer des espaces « refuges », projeter harmonieusement une histoire, laisser cette indicible impression que son intervention n’aura été que la révélation d’un antérieur.

Le temps suspend son vol

Demain sera encore plus « made in France », concentré sur le naturel et le durable. Toujours en quêtes de nouvelles perceptions, dans la curiosité insatiable d’émotions profondes Nathalie ne s’interdit pas de poursuivre sa découverte du monde pour encore mieux se nourrir de l’autre, modestement apprendre l’insolite, figer dans l’objectif de son appareil photo l’image soustraite au temps, au paysage, au vivant pour encore mieux inscrire ces trésors dans la mémoire des sens. Comme elle existe, elle se définit, son intérieur se voit aussi en dehors, Nathalie inspire et respire toute cette douceur dans laquelle elle évolue… tournoyant dans les airs, un Paille-en-queue soigneusement dessine dans le ciel ses arabesques gracieuses comme pour rappeler cette appétence du mouvement qui anime la talentueuse designer d’espaces… sur une table en bois patiné resplendit un bouquet de fleurs aux teintes pastel, attention touchante de son compagnon … « Le beau est dans le regard de chacun » dit-elle en murmures…

Texte : Nadine Gracy
Photos Pierre Marchal

- Advertisement -spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img

Actualités

- Publicité -spot_img

Plus d'informations comme celle-ci