Sign in / Join

Maison Lucas

Une réhabilitation réussie

La Maison Lucas est aujourd’hui une demeure resplendissante qui trône fièrement sur la place de la mairie saint-pauloise, non loin du front de mer. Un projet de réhabilitation en immobilier d’entreprise qui allie savoir-faire et innovation. Une réussite exemplaire qui met en avant les compétences réunionnaises en matière de rénovation de notre patrimoine immobilier.

C’est l’histoire d’une vieille demeure sur la place de la Mairie de Saint-Paul. Tombée en ruine, de successions en rachats, son sort était voué à tomber dans l’oubli. La maison Lucas semblait condamnée. C’est finalement grâce à un projet ambitieux de réhabilitation en immobilier d’entreprise que la vieille demeure renaîtra sous une nouvelle forme tout en conservant ses lignes d’antan, avec un cahier des charges stricte. Quand conservation du patrimoine rime avec réhabilitation.
Pour l’historien Alexis Miranville,

cette maison je l’ai connue dans toute sa splendeur dans les années 50. En 2010, elle était dans un état de délabrement avancé. Pour l’histoire, en 1931, le premier propriétaire Joseph Althierry la vend en 1939 à Henri Lebreton avant de la revendre en 1948 à Evenor Lucas. Ce dernier, alors maire de la commune, a trouvé là une belle opportunité d’avoir un pied à terre à proximité. Il la revendra à la mairie en 1991. Les travaux de rénovation ne débuteront qu’en 2018 pour s’achever en 2020 .

Pour Alexis Miranville, le corps du bâtiment a été conservé et reconstitué à l’identique et cela c’est très important pour la conservation du patrimoine » conclue l’historien.
Un projet réalisé en étroite collaboration avec le bureau d’études Intégrales Ingénierie de Laurent Lemaître, les architectes Carole Navarro et Julien Gemehl ainsi que Jérôme Lemez d’Uni Vert Durable.

Texte Pierre Marchal
Photos Fred Lancelot

Pierre Marchal

Après avoir exercé onze ans comme journaliste au Quotidien de la Réunion, fondateur de l’agence photographique MozaikImages regroupant 95 auteurs dans l’océan Indien mais aussi au Japon et en Australie, Pierre Marchal a opté en 2005 pour une activité free-lance lui permettant de se consacrer à son sujet de prédilection : l’être humain. Anakaopress est née. Aujourd’hui à la tête du magazine de sport Gadiamb et de Paradise Island, Grenadine est un nouveau challenge. Tél : 0692 65 79 95 Mail ; marchal@anakaopress.com

TagsArt

Laisser une réponse